Si-Mohand.jpg

 

 

 

 

 

Je suis malade sans raison

J’ai consulté les savants

Sans trouver remède auprès d’eux

 

Je suis écrasé

Du pays de mes pères

Ceux qui me connaissent ont fui

 

Je me suis exilé en terre étrangère

Clercs pleurerez-vous

Esprits qui saisissaient tout.

 

C’est en tout pays le quatorzième siècle

De Fès à Bagdad

Partout on en répète le nom

 

Noble que je vous dise

Le départ de cette fois m’effraie

De l’exil rude est la condition

 

Dieu daigne exaucer mes vœux

En Lui j’espère s’Il veut bien m’assister

Nul n’est libre de ne pas quitter sa maison.

 

Cet an inspire l’épouvante

Qui a trompé tant de jeunes gens

Sortis des médersas

 

Ils vont de ferme en ferme se présenter aux portes

Kabyles et Arabes

Et les porcs de se gaver de rire

 

Mon Dieu tu es le généreux

Ouvre-nous les voies

Ramène au havre les exilés

[…]

 

 

 

 

 






















 


Si Mohand (extrait)