ob_c4c9b7_paul-eluard.jpg

 

 

 

 

Il y eut un grand rire triste

La pen­dule s’arrêta

Une bête fauve sau­vait ses petits

 

Rires opa­ques dans des cadres d’ago­nie

Autant de nudi­tés tour­nant en déri­sion leur pâleur

Tour­nant en déri­sion

Les yeux ver­tueux du phare des nau­fra­ges.










 


Paul Éluard / La vie immé­diate