« Il n'y a pas de plus grand poète.
Il y a la poésie. »

Paul Fort (Canzone du vrai de vrai / Portraits sur le sable)

LE MENSONGE


 

 

J'ai creusé mon cachot dans le mensonge épais,

Impénétrable et sombre, où, geôlier de moi-même,

Je m'enferme à l'abri même de ceux que j'aime,

Plus seul quand j'ai parlé qu'aux temps où je me tais.

 

Ma parole est un mur sans porte ni fenêtre

Qui monte autour de moi, dur, puissant & massif,

Avec maint bas-relief gai, trompeur et lascif :

Et nul œil curieux jusqu'à moi ne pénètre.

 

Seul, je me connais. Seul, je fais ce que je suis.

Seul, j'allume ma lampe en mes sinistres nuits.

et, seul, je me contemple et, seul, je me possède.

 

Je me couche, comme un chartreux, dans mon linceul.

Et, loin de tout désir qui me flatte ou m'obsède,

Je goûte, comme Dieu, le néant d'être seul.

Iwan Gilkin / Ténèbres