« Il n'y a pas de plus grand poète.
Il y a la poésie. »

Paul Fort (Canzone du vrai de vrai / Portraits sur le sable)

Ar em al freg temps vengut


 

 

Ar em al freg temps vengut

E.l gels e.l neus e la faingna

E.l aucellet estan mut,

C’us de chantar non s’afraingna;

E son sec li ram pels plais,

Que flors ni foilla no.i crida,

Ni rossignols non i crida,

Que l’am’ e mai me reissida.

 

Tant ai lo cor deseubut

Per qu’ieu soi a trotz estraingna,

E sai que l’om a perdut

Molt plus tost que non gasaigna;

E s’ieu faill ab motz verais:

D’Aurenga me moc l’esglais,

Per qu’ieu n’ estauc esbaïda

E pert solatz en partida.

 

Dompna met mot mal s’amor

Qu’ab trop ric ome plaideia,

Ab plus aut de vavassor,

E s’il o fai il folleia;

Car so dis om en Veillai

Que ges per ricor non vai,

E dompna que n’es chausida

En tenc per envilanida.

 

Amic ai de gran valor

Que sobre toz seignoreia,

E non a cor trichador

Vas me, que s’amor m’autreia.

Ieu dic que m’amors l’eschai,

E cel que ditz que non fai

Dieus li don mal’ escarida,

Qu’ieu m’en teing fort per guerida.

 

Bels amics, de bon talan

Son ab vos toz jornz en gatge,

Cortez’ de bel semblan,

Sol no.m demandes outratge;

Tost en venrem a l’assai

Qu’en vostra merce.m metrai:

Vos m’avetz la fe plevida

Que no.m demandes faillida.

 

A Dieu coman Belesgar

E.n plus la ciutat d’Aurenga

E Glorïet’e.l caslar -

E lo seignor de Proenza

E tot can vol mon ben lai -

El’arc on son fag l’assai.

Celui perdiei c’a ma vida

E.n serai toz jornz marrida!

 

Joglar, que avetz cor gai,

Ves Narbona portatz lai

Ma chanson ab la fenida

Lei cui Jois e Joven guida.

 

 

………………………

 

Nous voici venus au temps froid
celui des gelées, de la neige et de la boue.
Les oisillons restent si muets
qu'aucun d'entre eux ne se force à chanter
les rameaux sont si secs dans les haies
que ni fleur ni feuille n'y naît
ni rossignol n'y chante
et que j'aime quand en mai il me réveille.

J'ai le cœur si désabusé
que je suis à tous étrangère.
Et je sais assez que l'on a perdu
bien plus vite que l'on ne gagne !
et si je faillis avec des paroles sincères
[c'est que] d'Orange me vient la peine
car je reste si hébétée
que j'en perds une part de ma joie.

Une dame place fort mal son amour
qui avec un riche seigneur se plaît.
Avec plus haut que vavasseur
si elle le fait, elle commet folie
car on dit ainsi en Velay
qu'amour ne va pas avec richesse
et la dame qui l'a choisie
on la tient pour avilie.

J'ai un ami de grand mérite
qui surpasse tous les autres seigneurs
et il n'a pas le coeur tricheur
envers moi car son amour il me donne.
Je dis que mon amour lui revient
et à quiconque dit que je ne le fais pas
Dieu donne la malchance !
car moi je m'en porte bien et protégée.

Bel ami, de bonne grâce
pour toujours je me suis engagée à vous [aimer]
courtoise et de belles manières
seulement si vous ne me demandez rien d'outrageant.
Bientôt nous en viendrons à l'essai
car je me mettrai en votre merci
vous m'avez juré sur la foi
que vous ne me demanderiez pas de faillir.

A Dieu je recommande Bel Esgar
et plus encore la cité d'Orange
et Gloriette et le château
et le seigneur de Provence
tout ceux qui me veulent du bien là-bas
et l'arc, où fut donné l'assaut. 
J'ai perdu celui qui tient ma vie
et toujours j'en serais peinée.

Jongleur qui avez le coeur gai
vers Narbonne, emportez là-bas
ma chanson, avec la fin (dernier couplet)
auprès de celle que guident joie et jeunesse !

Azalaïs de Porcairagues
traduction en français d'après diverses sources
Illustration : La trobairitz Azalaïs de Porcairagues, d'après un chansonnier provençal du XIIIe siècle (Bibliothèque nationale de France, Paris, ms. français 12473, fol. 125v).