« Il n'y a pas de plus grand poète.
Il y a la poésie. »

Paul Fort (Canzone du vrai de vrai / Portraits sur le sable)

Dis où tu veux que j’aille


 

 

Dis où tu veux que j’aille

Mène-moi comme l’enfant

Qui a laissé la feuille de sa main

Dans une grande main rugueuse

 

Elle qui fit trembler

Voyez comme elle tremble

 

De ce côté le vent appelle un peu plus fort

L’averse lui répond

Chante l’hymne des palmes

Gérard Bocholier / Nuits