« Il n'y a pas de plus grand poète.
Il y a la poésie. »

Paul Fort (Canzone du vrai de vrai / Portraits sur le sable)

Abeilles - Ape


 

 

Les ombres étaient bien mornes

quand nous sommes arrivées

bruissantes de criailleries

ce fut un arc-en-ciel

ébahi de corolles

un trésor de pétales

en ces temps de misère

 

d'humeur querelleuse

nous sommes ces abeilles

qu'ont beau chasser

les queues des vaches

olé toréadors

nous passons, repassons

allez donc rendre les armes

 

étourdies jusqu'à l'épuisement

 

 

..........................

 

 

Eranu triste l'ombre

è po simu venute

vestute di bisbigliu

era un arcu di chjirli

stupiti di curolle

i petali sò cari

in tempi di scarcia

 

chì l'ape simu noi

d'estru stuzzicaghjolu

anu modu à spazzà

cù e so code vaccine

olè tureadori

ne passemu è venimu

è cappiate a lotta

 

smunte di giracapu

Ghjacumu Thiers /
traduit du corse par Francescu-Micheli Durazzo