« Il n'y a pas de plus grand poète.
Il y a la poésie. »

Paul Fort (Canzone du vrai de vrai / Portraits sur le sable)

TICKETS, SVP !


 

les tickets de pain c’est toute une époque (celle des files

  d’attente, du marché noir & ce la gestapo)

les tickets de viande, même topo, etc. :

les tickets de rationnement, quoi !

sans ticket c’était l’enfer… u le paradis !

les tickets de quai c’est toute une époque aussi (celle des

  anciens francs & des longs adieux déchirants…)

les tickets de bagages valait mieux pas les perdre !…

ticket de quai c’était Annie Philippe (« car y a toujours quelqu’un… »)

tout un tas de tickets de quai c’est Boby Lapointe (« ta katie t’a quitté… »)

les tickets de caisse c’est Anne-James Chaton

les tickets de péage aussi, etc.

le ticket qui explosa c’est William Burroughs

si t’as l’ticket avec elle va pas l’perdre en perdant la tête

  pour une amourette (là, c’est Leny Escudero)

t’as le ticket chic c’était la ratp arborant sa com choc & toc !

ticket to ride c’est les Fab Four (« to ri-hi-hide… »)

a ticket for an aeroplane c’était les Box Tops (« yes she

  wrote me a letter… »)

il lui tendit son ticket d’métro c’est Heidsick (« comme

  chaque matin… »)

avec son ticket troué à la main c’est Higelin (« il a faim !…)

Yves Montant qui meurt avec son ticket de métro troué

  porte-bonheur dans la main c’est Le Salaire de la peur

 

tickson pacson boxon

 

le ticket modérateur c’est comme un lot de consolation…

  modérément consolateur : à consommer avec modération !

le ticket présidentiel c’est pour les américains

un ticket c’était un « billet d’mille »(c’était pas rien)

  c’est à dire un billet de 1000 francs (anciens !) c’est-à-

  dire 10 francs (bien peu de choses…) c’est -à-dire même

  pas 2 euros (c’est-à-dire trois fois rien)…

ticket a souvent été remplacé par billet… ou titre ! (de transport)

  mais ticket est de plus en plus employé pour reçu

ticket pour pv ou amende ou contravention c’est un

  anglicisme mais ticket c’est déjà un mot anglais lui-

  même emprunté au français & d’tout’s façons c’est

  jamais qu’une étiquette !

les tickets-restaurant c’est un signe des temps

les tickets de parking aussi

j’aime pas les parkings c’est Diva (toute une époque aussi,

  & un signe des temps également)

les tickets de consigne ça n’existe plus guère

les tickets de pressing ça existe toujours (mais on disait

  blanchisserie)

& le ticket de métro c’est « le string » chez

  l’esthéticienne…

les tickets d’entrée c’est souvent cher payé (même quand

  c’est gratuit pour les filles…)

& les tickets de sortie ça va chercher combien ?

 

les tickets de vie de nos jours ça va pas chercher très loin

 

mais les tickets de mort, hein ?

combien ?

Jean-Pierre Bobillot / Essai de compil’