« Il n'y a pas de plus grand poète.
Il y a la poésie. »

Paul Fort (Canzone du vrai de vrai / Portraits sur le sable)

Bon est ce poème - Bos es lo vers


 

Bon est ce poème...

 

Il ne sait chanter, celui qui n'émet pas de son,

Ni vers trouver, celui qui ne dit mot

Ni ne connaît comment faire de rime,

Celui qui n'en comprend le sens en soi,

Mais mon chant commence ainsi

Que plus l'entendrez, plus il vaudra.

 

Que nul ne s'émerveille de moi

Si j'aime ce qui jamais ne me verra

Qu'en mon cœur il n'y a joie d'autre amour

Que de celle que jamais je ne vis,

Et pour nulle joie ne me réjouis,

Et ne sais quel bien m'en viendra.

 

Un coup de joie me frappe et m'occit,

Et piqûre d'amour qui me desséchera

La chair, dont mon corps maigrira;

Jamais si dur ne me frappa,

Et pour nul coup tant me languit;

Cela ne se peut, ni ne se produit.

 

Jamais si doucement ne m'endormis

Que mon esprit tôt fût là-bas

Ni tant de tristesse n'eus

Que mon cœur aussitôt ne fût plus ici

Et quand je m'éveille au matin

Tout ce doux savoir s'en va.

 

Bien sais que d'elle jamais n'ai joui

Ni qu'elle jamais de moi ne jouira,

Ni pour son ami ne me tiendra,

Ni promesse ne m'en fera;

Ni ne me dit vrai, ni ne me mentit

Et ne sais si jamais le fera.

 

Bon est ce poème, jamais n'y faillis.

Tout ce qui y est est bien en place;

Celui qui de moi l'apprendra,

Qu'il prenne garde de l'abîmer et le massacrer;

Car ainsi l'auront en Quercy

Le sire Bertrand et le Comte de Toulouse.

 

Bon est ce poème et ils en feront là-bas

Chose dont on chantera.

 

………………………..

 

 

Bos es lo vers…

 

No sap chantar quil so no di,

Ni vers trobar quils motz no fa,

Ni conois de rima cos va

Si razo non enten en si ;

Mas lo mieus chans comens’ aisi,

Com plus l’auziretz mais valra a a.

 

Nulhs hom nos meravilh de mi

S’ieu am so que ja nom veira,

Qu’el cor joi d’autr’ amor non a

Mas d’aissella que anc non vi ;

Ni per nulh joi aitan no ri,

E no sai quals bes m’en venra a a.

 

Colps de joi me fer, que m’auci,

E ponha d’amor, quem sostra

La carn, don lo cors magrira ;

Et anc mais tan greu nom feri,

Ni per nulh colp tan non langui,

Quar no cove ni no s’esca a a.

 

Anc tan suau no m’adurmi

Mos esperitz tost non fos la,

Ni tan d’ira non ac de sa

Mos cors ades no fos aqui ;

Mais quant mi reissit lo mati,

Totz mos bos sabers mi desva a a.

Ben sai qu’anc de leis nom jauzi,

Ni ja de mei nos jauzira,

Ni per son amic nom tenra

Ni coven nom fara de si ;

Anc nom dis ver ni nom menti,

E no sai si ja so fara a a.

 

Bos es lo vers, qu’anc noi falhi,

E tot so quei es ben esta ;

E sel que de mi l’apenra

Gart nol franha ni noi pessi ;

E vuelh l’auja en Caerci

En Bertrams, el coms en Tolsa a a.

 

Bos es lo vers, e faran hi

Qualque res don hom chantara a a.

Jaufre Rudel (texte original tiré de Jaufré Rudel par Gaston Paris - Paris 1883)
Traduction: Albert Pauphilet.