macleish.jpg

 

 

 

 

 

 

… Il fait plus froid maintenant

                            il y a beaucoup d’étoiles

                                                                         nous dérivons

Vers le Nord en direction de la Grande Ourse

                                                              les feuilles tombent

L’eau est de pierre dans les creux de rocher

                                                                     vers le  sud

Soleil rouge air gris

                               les corneilles vont

Lentement l’aile recourbée

                                             les geais nous ont laissés

Depuis que nous avons dépassé le flamboiement d’Orion il y a

                                                                                    [longtemps

Chacun de nous croit en son âme qu’il va mourir

Beaucoup ont écrit leurs dernières pensées et leurs dernières

                                                                                          [lettres

Nul ne sait si notre mort est pour maintenant ou à jamais

Nul ne sait si l’on retrouvera cette terre errante

Nous nous étendons et la neige recouvre nos vêtements

Je vous en prie

             vous qui ouvrez (si jamais quelqu’un les ouvre) ces notes

Formez sur vos lèvres les mots qui furent nos noms

Je vais vous révéler tout ce que nous avons appris

                                                            je vais tout vous révéler

La terre est ronde,

                              il ya des sources sous les vergers

L’argile peut se tailler avec une lame émoussée

                                                                            méfiez-vous des

Ormes par temps d’orage

                                       les lumières dans le ciel sont des étoiles

Nous croyons qu’elles ne voient pas

                                                           nous croyons aussi

Que les arbres ne nous connaissent pas plus que les brins d’herbe

                                                                             [ne nous entendent

Les oiseaux aussi sont dans l’ignorance 

                                                                   N’ écoutez pas

Ne restez pas à la nuit dans l’embrasure des fenêtres

Avant vous nous les avons entendues

                                                              Ce sont des voix

Ce ne sont nullement des mots mais le vent qui se lève

Personne d’entre nous non plus n’a vu Dieu

(… Nous avons souvent pensé

Que les taches du soleil dans cette période de tempête de neige

                                                   [que nous venons de traverser

Nous renvoyaient à un certain arbre, mais il n’en était rien)

Quant aux nuits je vous avertis que les nuits sont dangereuses

Le vent tourne la nuit et les rêves surviennent

Il fait très froid

                       il y a d’étranges étoiles près d’Arcturus

Des voix clament un nom inconnu dans le ciel.

 

 

 

 

 

 

 

 


























 


Archibald MacLeish.