DSC_4308.jpg

 

 

 

 

 

…/…

 

 

Tombeau d’Euclide.

 

Celui qui parle en étant mort

                n’a plus le souci d’un interlocuteur.

 

            Il est avéré que le temps n’est rien sans

            la lumière. Il est avéré, sur une éta-

            gère voisine (étagère n°34) que la lu-

            mière et le temps ne sont rien sans

            la parole.

 

Se poser la question d’un rien sans la parole et 

                            de comment il fait sens.

 

            J’ai perdu, autrefois, mon passé dans

            un dé à coudre. J’avais à tisser les vête-

            ments de toute une vie. Tissant, je ra-

            contais ma vie. Je suis mort avant de

            commencer à vivre. L’avenir est tout ce

            qui n’est pas au fond de ce dé à coudre.

                                        (Dé n° 33.)

 

Il joue avec des objets qui, à peine utilisés, déjà

n’existent plus. La durée de vie d’un objet dépend

plus de son usage que de sa réalité physique.

            Enterré avec un dé au bout de chaque doigt.

 

            Je remercie (32 fois) celui qui parle

            pour moi. Je lui fais mes adieux. je le

            remercie encore quand mes bras — dé-

            crochés des épaules — débités en frag-

            ments — calligraphient dans l’espace

            une histoire démembrée.

 

                    Réceptacle des fragments perdus.

 

            Le passé brille dans l’avenir comme

            un rayon de soleil au fond d’un puits.

            Je survis tous les jours le temps d’un

            rayon de soleil au fond d’un puits. Je

            compte les (31) rayons capitalisés dans

            chaque œil.

 

 

 

 

…/…

 

 

 

 

 

 

 

 

 


























 

 


Patrick Dubost / Tombeaux perdus (extrait)